Hôtel PRADOTEL - AV. Festival - F 66 500 PRADES - Tél : +33 (0)4 68 05 22 66 - Fax : 04 68 05 23 22

Vous êtes ici

Accueil

dragon

De tout temps le champ sur lequel est aujourd’hui bâti le Pradotel a été réputé et visité car il offre une vue sans pareille sur la masse monumentale du Canigou.

Un passant peut donc s’étonner que les architectes aient hésité plusieurs siècles avant se décider à construire sur ce terrain admirable. Il y avait à cela une raison surprenante : la présence d’une étrange Bougainvillée au milieu du terrain constructible.

Quelle importance, dira-t-on ?

A première vue en effet cet arbre en forme de liane qui fait aujourd’hui l’un des charmes du Pradotel offre  l’apparence de l’espèce ordinaire. Mais quiconque l’examine de près constate que ses manchons de fleurs sont deux fois et demie plus longs et plus volumineux que la normale.

Les vieux bergers ont souvent raconté que tandis qu’ils menaient leurs moutons brouter sur les pentes du Canigou, ils avaient remarqué trois souches de cette race mystérieuse. Or les deux autres pieds seraient sur le versant espagnol, dans des ravins très difficiles d’accès. Aussi les amis de la nature ont-ils de tout temps veillé à ne pas arracher la souche qui s’épanouit ici.

La cause de ce gigantisme exceptionnel est connue par les plus anciennes chroniques catalanes : au pied de chacune de ces souches vit un couple de dragons qui appartiennent eux-mêmes à une variété rare, le Draco Elasticus. Celui-ci est ainsi dénommé par les savants en raison de la capacité qu’il possède de s’agrandir, de s’élargir, ou au contraire de se ratatiner . Il lui arrive également de se former en filament pour se couler à l’intérieure du sol ; mais en ce cas il est contraint de ressortir de terre exactement à l’endroit ou il s’est enfoncé.
Ajoutons que le Draco Elasticus a autant besoin de respirer le parfum de la bougainvillée que le panda de manger des feuilles d’eucalyptus. En retour, diverses

observations scientifiques donnent à penser que la présence de deux dragons au moins est indispensable à la santé de la bougainvillée extraordinaire.
Précisons que le Dracon Elasticus ne présente absolument aucun danger pour l’homme. Les spécialistes ne considèrent même pas qu’il soit malfaisant. Tout au plus a-t-il l’esprit tordu, créant à plaisir des complications.

M. Jean-Jacques Perez a trouvé la solution architecturale qui permit enfin d’édifier le Pradotel : il l’a fait bâtir en équerre autour de la célèbre bougainvillée. Ceci offre un agrément supplémentaire : les deux ailes du bâtiment semblent deux bras ouverts pour embrasser le Canigou.
A peine le Pradotel inauguré, les virtuoses mondiaux du Festival Pablo Casals de Musique de chambre en firent un de leurs séjours de prédilection.
Alors seulement se révéla l’espièglerie stupide de l’un au moins des dragons : au cours de l’été trois artistes tour à tour signalèrent que durant leur sommeil ils avaient eu la brève sensation que quelque chose ou quelqu’un leur chatouillait un pied.
La seconde bêtise commise par les dragons eut de plus bruyantes conséquences : ils avaient cru malin de dérégler les instruments à cordes, violons, altos et violoncelles. Cela produisit une cacophonie désastreuse lors de l’exécution du IIème Quintette de Schubert au concert du soir suivant.

Madame Uschi, l’intendante générale eut à cet instant l’inspiration salvatrice.Elle avait noté la particularité signalée par les plus anciens grimoires conservés en Roussillon : « le Draco Elastica raffole du cristal de grenat serti d’or. Une fois repu de cette précieuse pierre, il se ratatine en petite pelote invisible sur les reliefs de son festin ceux ci restant bien visibles.»
Ayant donc marqué à la craie deux emplacements de part et d’autre de la bougainvillée phénoménale, on disposa sur chacun un grenat pas plus gros qu’un grain de riz, car ce joyau est cher. Le joaillier l’avait adroitement ceinturé d’un filament d’or pur.
Comme prévu les dragons se rendirent invisibles pour dîner à leur aise. On patienta pendant tout le temps que les anciennes chroniques  attribuent à ces êtres étranges pour faire leur sieste après dîner.
Observé à bonne distance, le grain de grenat diminua effectivement jusqu’à la dimension d’une tête d’épingle. Les deux maçons convoqués par M.J.J. Perez se jetèrent immédiatement sur les emplacements marqués. En un tournemain ils emprisonnèrent chaque dragon endormi dans une maison minuscule, guère plus haute qu’une maison de poupée.

Ces deux petits bâtis ont été construits dans le même style local que le Pradotel, de telle sorte qu’ils restent discrets dans l’incomparable paysage.
La Direction évite de les signaler afin de ne pas provoquer un attroupement excessif de touristes chinois, grands connaisseurs en dragons comme on le sait.
Mais elle n’en fait pas non plus un secret. En cherchant un peu, les jeunes hôtes du Pradotel n’auront pas grand mal à repérer ces deux jolies maisonnettes. Ils remarqueront alors qu’on les a bâties avec trois fenêtres finement grillagées mais surtout sans porte ! Ils comprendront aisément la raison de cela.
On peut supposer que les dragons respirent désormais les effluves de leur chère bougainvillée à travers le grillage. Peut-être même se glissent-ils parfois en sous-sol jusqu’aux racines. Si tel est le cas, ils ne peuvent remonter à la surface qu’à l’intérieur des maisonnettes.

La Direction du Pradotel recommande simplement à son aimable clientèle de ne jamais appuyer contre une de ces deux maisonnettes aucun violon, alto ou violoncelle, même rangé dans son étui.
Nous nous permettons d’insister tout particulièrement sur cette dernière précaution auprès des illustres virtuoses qui nous font l’amitié de séjourner fidèlement au Pradotel, vu la qualité inappréciable de leurs instruments.

Chambre Canigou ou Jardin

A partir de
60.00 €
A partir de
72.00 €

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Partager

Hôtel PRADOTEL - AV. Festival - F 66 500 PRADES - Tél : +33 (0)4 68 05 22 66 - Fax : 04 68 05 23 22